Qui sommes nous

MIEL DES ABEILLES DE LA JUNGLE MAYA

LA ZONA MAYA et la COSTA MAYA de QUINTANA ROO au cœur de LA JUNGLE TROPICALE MAYA est une des plus grande zone protégée des Caraïbes mexicaines et occupe environ 650 000 hectares sur 120 kilomètres du nord au sud, entre les villages de COBA, TULUM, FELIPE CARRILLO PUERTO et MAHAHUAL..

Elle comprend des plages, des dunes, des cénotes (réserves d‘eau naturelles), des récifs coralliens et une jungle tropicale, où vivent plus de 300 espèces d’oiseaux et plus de 1000 plantes et 100 espèces d’animaux.

Depuis 20 ans, installés dans LA JUNGLE TROPICALE MAYA bordant le site archéologique Maya de Coba, nous nous efforçons de récolter un miel pur alliant des ruches sauvages et des ruches artisanales traditionnelles. Certains miels sont récoltés à la seringue dans les ruches sauvages qui ont la particularité d’être des troncs d’arbre.

80% des espèces végétales de LA JUNGLE dépendent directement de la pollinisation par les insectes. Comme agent pollinisateur, l’abeille  contribue pour une part importante à cet équilibre, et est donc le maillon indispensable à la survie, à l’évolution et à la reproduction des plantes DE LA JUNGLE TROPICALE  MAYA.

DIOS MAYA DE LA MIEL

Produit de la ruche incontestablement le plus connu au monde, le miel , est utilisé  pour ses vertus gustatives,  pour ses bienfaits médicinaux ainsi  qu’en  cosmétique. Il est employé depuis la nuit des temps par de nombreuses civilisations, qui lui vouaient un culte important et considéraient l’abeille comme divine.

 Un peu d’histoire:

 Ah-Muzencab, dieu des abeilles et du miel, est l’un des dieux les plus importants de la culture maya de la péninsule du Yucatan. Il était responsable de la protection des abeilles et du miel. Il vénérait  l’amour et le respect que les Mayas éprouvaient envers ces insectes qui produisaient leur édulcorant et leur médicament. Les Mayas utilisaient le miel pour ses bénéfices thérapeutiques ( chamans ), lors des mariages (d’où la fameuse « lune de miel » !),des cérémonies religieuses ou comme moyen de paiement. Aujourd’hui, nous savons que les Mayas y voyaient une substance sacrée et énergique. C’est pourquoi il s’agissait d’un trésor qu’il fallait prendre en charge et, selon l’ancienne tradition, c’est le noble peuple qui en prenait soin.